Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2014

Je déménage !

 

 

00 2014 1311naves espaciais 6.jpg

 

Ce blog est transféré vers

 

« Apostilles de Guanchygodo »

 

ici : http://bit.ly/1qKz0jd

 

Merci de votre visite !

 

En deçà et au-delà du « #Hollandisme »

 

 

 

(Article du blog Apostilles de Guanchigodo)

 

 

 

00 2014 1611 desierto.jpg

Je ne prends pas François Hollande pour un nul, en particulier en économie. Pas plus que pour un « mou » incapable de prendre des décisions fermes et définitives. Pourtant, c'est l'image qui résulte de cette première moitié de sa mandature et qui risque de l'accompagner longtemps, quoi qu'il fasse (et éventuellement réussisse ) maintenant.

Pourquoi ?
Sans doute, en partie, parce que pour gouverner, il faut des appuis suffisants et constants et qu'il ne les a pas eus ou, plus exactement, il n'a pas su les construire. La capacité de s'entourer, de construire une réelle majorité durable est une « qualité » qu'un gouvernant doit avoir. Qu'elle soit « parlementaire » (ou plus simplement parmi les élus de tout niveau) ou, plus difficile, mais indispensable dans les moments difficiles, dans le pays, parmi le « peuple »

Une partie au moins de cette difficulté est due AUX approches DES gauches françaises, à leur manque de profondeur, de positionnement dans la réalité du moment qu'elles vivent.

 

En France il y a autant de « Vrais Gauches » qu'il y a des courants de pensée supposés se situer à gauche de l'échiquier politique. Hollande ne l'a pas oublié, mais il n'a pas su « composer » avec cette réalité, la contraindre au réalisme en obtenant un support populaire à ses projets.

 


Hollande aurait pu, dès le début de son mandat, communiquer en force et en permanence sur ses options économiques, essentiellement en direction du pays, de son « peuple » Il ne l'a pas fait et, au contraire, il s'est enfermé avec une cécité étonnante dans des affirmations successives vouées à l'échec, du style : la courbe du chômage se retournera à telle date ; la croissance est là et autres approximations que ses connaissances et son expérience auraient dû lui épargner.

Une raison probable à ce non-sens est la peur de voir les différents camps de gauche lever leurs boucliers et lui compliquer la tâche, comme ils sont, finalement, en train de le faire. Sauf qu'il n'a pas construit un « contre-pouvoir », un support populaire.
Il ne l'a pas essayé, tentant d'endormir les réactions de la rue par les affirmations d'amélioration successives, toujours sans fondement suffisant. Seul ce support populaire, s'il avait existé, aurait pu pousser les diverses tendances des gauches à modérer leurs « intégrismes » et chercher les points d'entente plutôt que de défendre systématiquement des vérités doctrinales absolues. Cette erreur lui a coûté sa crédibilité, même parmi les « siens »

Je ne crois pas que François Hollande se moque des « sans dents » comme le prétend son ancienne compagne, mais il n'a pas confiance dans la capacité de ces « citoyens ordinaires » pour comprendre réellement la difficulté d'une situation traversée par le pays et les raisons qui poussent un gouvernant à proposer telle ou telle action corrective. Il est entouré de personnages, sans le moindre doute qualifiés, sortis des grandes filières éducatives de la République. Et il a oublié que ces filières, toutes sans exception notable, sont ultra-majoritairement peuplées par les rejetons de l'oligarchie dominante. Le peuple, dans ces sphères est un « concept » lointain, sauf dans les périodes électorales, où on lui accorde une fonction précise : voter « bien » avant de retourner au train-train qui est le sien, pendant que les nouveaux « gagnants » s'occupent des choses sérieuses.

Dire que c'est dommage est faible. Même si la droite n'est pas mieux lotie, la gauche (et pas seulement le PS) a beaucoup trop de chances de sortir durablement éclopée de cette mandature. Seul le risque de voir une extrême droite arriver au pouvoir peut donner un délai supplémentaire, sans garantir que ce délai soit suffisant, tant l'effort de réflexion politique à faire est important.

Tout est donc noir ?
Pas forcement, mais la prise de conscience des uns et des autres et sur la réalité que nous vivons : politique, économique, sociale et sur la nécessité de sortir vite d'une ornière cependant que les chamboulements mondiaux déjà accomplis et plus encore en gestation sont énormes. Sans réponse adéquate ces réalités peuvent faire décliner notre pays, inadapté, à des niveaux dangereux dans ces mêmes caractéristiques sociales, politiques, économiques.

Qui (partis, hommes), quand et comment pour relever ce lourd gant ?

© Jorge Guanchygodo

 

12/11/2014

État des lieux provisoire.

 

00 2014 1211Pelea de gallos.jpg

 

 

 

(Blog Apostilles de Guanchygodo Cliquez ici)

 

 

Le retour du Grand Satan? Les « mid-terms » américaines sonnent le glas pour les illusions d'Obama, dans les formes les plus négatives possibles du système politique américain : dans cette élection, la manipulation des votants, grâce aux sommes incroyables dépensées par les républicains -et par les deux frères milliardaires et terribles de l'Arkansas, déjà financiers du Tea Party en particulier.
C'est d'autant plus dommage que l'énorme espoir que ce Président avait suscité s'envole, en partie de par son fait, mais plus encore par les défauts d'un système totalement dévoyé par l'argent.
On saura dans deux ans si la voie qui a permis aux républicains de devenir la majorité au Sénat - Ils l'étaient déjà à la Chambre- leur permettra de faire élire un républicain à la présidence du pays et alors, avec ce qu'est devenu ce parti, de droite égoïste et arriérée, on ne peut que craindre un gros retour à un passé peu brillant des États-Unis face au monde. Entre temps, le plus probable est le blocage de toute initiative positive, le pouvoir d'Obama étant à peu près réduit au veto. Dommage

En Europe, nous avons en Russie un Poutine, de plus en plus ami du FN et de ses idées ; de plus en plus Tsar despotique et de plus en plus enfoncé dans une crise économique, entre baisses du prix de pétrole, sanctions mondiales suite à l'affaire Ukrainienne et à la propre incapacité des potentats russes en place de travailler un peu plus à la reconstruction du pays et un peu moins au simple gonflement de leur poche personnelle.
Pendant ce temps, des mystérieux chars et autres engins de guerre et de mort se promènent sur les routes de l'est de l'Ukraine, sans identification visible - certainement tombés par hasard du traîneau d'un père Noël euro-oriental- avec l'intention de bombarder quoi ?
Une bonne petite guerre de conquête déguisée en guerre civile interne à l'Ukraine ? Et maintenir les russes unis à leur Tsar par la solidarité des temps de guerre ? C'est gros, mais....

Pendant ce temps, l'Union Européenne reste figée dans sa cure allemande, bonne pour l'Allemagne, sans doute, mais qui au lieu d'aider à construire une Europe cohérente, fortifie les positions d'une Allemagne forte face à un ensemble de pays « rapetissés », enfermés dans le carcan théorique de l'Union Européenne version Merkel, sans moyens -ni courage- pour envisager et entreprendre une alternative différente.

En France, nous n'avons pas ces problèmes-là. Nous sommes un petit pays nostalgique d'une ancienne grandeur, nous vivons sous un régime monarchique qui ne dit pas son nom (comme tant d'autres dans notre monde « occidental », nous vivons sous un régime « manipulocratique »). Nous avons des comiques de droite et de gauche et, en face, un peuple qui râle, mais sans trop savoir non plus à quel arbre se pendre. De l'opérette sans la musique. Pour combien de temps ?

C'est triste, tout ça, mais avant d'attaquer la dernière ligne droite vers l'arrivée du Père Noël (Non ! Sans blague!) il faut vider les poubelles pour tenter de faire des projets pour la nouvelle année (la nouvelle ère serait plus juste) et en plus d'annoncer les bonnes intentions (nous sommes déjà au régime mi-sec, donc, c'est ça de déjà payé) peut être pourrons nous nous mettre en ordre de marche à la recherche d'un horizon plus compréhensible ?
L'avantage d'avoir déjà les pieds dans la mouise, c'est que l'étape suivante est de les en sortir, avant de changer de souliers, et même, pourquoi pas, de monture !

Je n'ai pas l'intention de prendre des gants de soie pour envelopper mes paroles. Amis lecteurs, tout en respectant la forme et la bienséance nécessaire à un internet respectueux, ne vous privez pas de commenter ! Les commentaires sont modérés pour rester propre sur soi, mais pas interdits !

© Jorge Guanchygodo

 

05/11/2014

Rémy Fraisse, marqueur d'étape ?

 

20140511 delibes_mi_tierra.jpg

 

 

 

(Blog Apostilles de Guanchygodo Cliquez ici)

 

 

 

 

En tout cas, sa mort a donné au sujet toute la gravité qu'on essaie de lui soustraire pour défendre des intérêts bien établis, ceux des groupes dominants.

 

Dommage qu'il y ai tant de démagogie, tant d'opportunisme politique chez un bon nombre de ses défenseurs ; tant d'émotion déviée de sa raison d'être pour satisfaire des appétits personnels.

 

 

Mais la réalité reste là : on a, tué, sans intention directe, bien sûr, ce qui ne change rien au fait, une personne qui manifestait pacifiquement contre l'absurdité d'un projet qui ne tient pas compte des acquis concernant le changement climatique, la dérive d'une économie aveuglée par le seul profit rapide, que tous les travaux du GIEC et d'autres, particulièrement pendant la dernière décennie, ont mis en évidence.

 

 

Le gouvernement est-il capable de proposer lui-même un changement de cap ? En a-t-il les moyens politiques et plus encore, le courage politique nécessaire pour commencer à emprunter un chemin aride et difficile, mais porteur d'espoirs et de possibilités autres que de renforcer encore la puissance des puissants au prix du risque écologique du futur et de l'abaissement de la condition de vie de la grande masse ?

 

 

Ce serait à la mesure de la gravité de la situation. Et Rémy Fraisse pas mort pour rien.

 

 

 

© Jorge Guanchygodo

 



 

29/10/2014

Clowns

 

superman 28102014 -704.jpg


29/10/2014

 

(Blog Apostilles de Guanchygodo Cliquez ici)

 

Avant que sociologues et anthropologues s'en saisissent de l'affaire au grand complet et nous formatent des interprétations savantes, la « clownerie » qui semble s'abattre sur le pays, à grand renfort de réseaux sociaux nous fabrique avec peu de chose une mini-représentation de ces peurs sociales qu'on voudrait croire définitivement disparues.

Il paraît que l'affaire aurait commencé en Californie, ce qui n'a rien de surprenant, pas seulement parce que Hollywood est là-bas, mais aussi parce que depuis pas mal de décennies, on a confié aux Californiens le rôle de nous fournir toutes sortes de modes et loufoqueries pour meubler à peu de frais notre quotidien imaginaire.

Que quelques potaches en mal de blagounettes fassent l'idiot pour attirer l'attention à grand renfort d'armes en plastique, ne mériterait pas trop le regard des médias ; mais que des peu honorables membres du « néo-milieu voyou » à trois sous s'en saisissent est plus embêtant et, bien plus encore, que des « anti-clowns » s'en mêlent, se prennent pour des supermans à la place des policiers et nous jouent des petits chapitres de la guerre civile du bien contre le mal est du plus mauvais pressage.

Non que je cherche à défendre le droit des voyous à être voyous, mais surtout que je préfère voir la police faire son métier que voir des sauveurs de pacotille s'auto-instituer gardiens de notre petite intégrité en usant des mêmes moyens que les dits voyous. Au point qu'on ne sache plus qui fait les plus gros dégâts, ne serait-ce qu'en sortant l'affaire de son cadre, celui que concerne la police, pour en faire une histoire d'envergure qui toucherait -et affolerait la société tout entière.

© Jorge Guanchygodo

 

 

 

27/10/2014

Temps gris

 

Nubarrones Negros.jpg


27/10/2014

(Blog Apostilles de Guanchygodo Cliquez ici)

 

 

 


D'une manière ou de l'autre, on s'en sortira. Mais qu'elle longueur de chemin il nous reste encore à parcourir pour le faire et dans quel état est-elle, cette portion de route encore inconnue ? Dit plus fraîchement : combien de plumes va-t-on y laisser encore et qui sera le plus « plumé » ?

D'abord « l'ailleurs » ou supposé tel : pour la première fois, le PIB de la Chine dépasse celui des États-Unis. Certains analystes concluent directement qu'on « passe d'un monde américain à un monde chinois » Malgré leur affirmation sans nuance, ça ne se passera pas en un seul instant, le changement de point du tricot ; mais on a intérêt à ouvrir les yeux pour, à défaut de pouvoir changer quelque chose, tenter de garder notre équilibre, déjà si précaire, alors que le vent pourrait souffler très fort. Pour commencer, on nous conseille de ne pas oublier que la monnaie chinoise est le Yuan et que dès demain on pourrait ne pas pouvoir faire un pas de par le monde sans quelques yuans dans le portefeuille.

Un peu plus près, on savait que la crise Ukrainienne allait changer fortement la donne et pour la Russie et pour toute l'Europe. Mais on ne savait pas encore bien comment et le petit jeu des sanctions et contre-sanctions entre « l'occident » et la Russie n'avait pas fini de modifier le paysage économique et politique.

Encore un peu plus près, dès le mois prochain la période Juncker s'ouvre dans l'Union Européenne, après la peu brillante période Barroso. Mais il est trop tôt pour faire des prévisions à ce sujet et ce n'est que dans quelques mois qu'on pourra évaluer quels nouveaux équilibres peuvent se mettre en place. Véritable relance politique et économique, qui puisse nous ouvrir un horizon moins pénible ou poursuite de la ligne allemande de rigueur, sans doute saine, mais assez aveugle sur ses conséquences à moyen et long terme ?

Et enfin, notre jardin, en ce début d'automne pas encore chargé de feuilles mortes, mais, à l'évidence, on ne perd rien pour attendre et il nous faudra beaucoup d'aide à la Prévert pour enterrer le talus de feuilles mortes qui s'annonce.
La déconfiture de nos partis politiques est déjà signe d'un mauvais automne et il y aura encore pas mal de bois mort à tailler.

 

Il serait bon, pour commencer, que nos politiques ne nous prennent pas pour des débiles au dernier degré. Pour ne citer que les deux exemples récents les plus abscons, quelle honte de voir un élu « rose » prétendre une « allergie » pour justifier le non-respect de ses obligations fiscales ou un élu « bleu » et avec quel pedigree et quelles fonctions, prétendre « avoir ignoré ce que dit la loi » pour justifier de ne pas avoir payé en son temps la part qui lui revenait d'impôt sur la fortune !
Allez, après ça, prôner auprès du « petit peuple » sans légion d'honneur l'étique, la compétence, la droiture et le respect de la loi, que « nul n'est censé ignorer »

 


Et que déboussolés et passablement écœurés, tant de gens disent croire et espérer quelque chose d'un Front national qui ne réussit à grossir que parce qu'on lui engraisse son terrain avec les carabistouilles des autres !

Et pendant ce temps, notre Président poursuit sa route avec un sens des réalités, des attentes du pays et de la communication avec le « peuple » qui bat des records aussi grands que sa popularité, cependant que des « médecins à la Molière » lui conseillent de « dissoudre » mais se gardent bien de se prononcer sur leurs recettes. Merci, mais en plus de ce que l'on a déjà, pas du « saignare, purgare, clysterum donare » s'il vous plait !

Et c'est toute la difficulté du moment : vers où porter le regard ?

© Jorge Guanchygodo

 

 

 

24/10/2014

RETOUR

 


24 octobre 2014

regreso-a-clases-24102014.jpg

 

(Blog Apostilles de Guanchygodo Cliquez ici)

 


Retour après sept mois de quoi ?
Comment le nier, avant tout de regards sur soi-même. D'auto-critique, de remise en cause, de recherches de défaillances dans l'analyse et la démarche face à un monde, non pas de plus en plus « difficile » mais de plus en plus « différent »

À la fois : ne pas sanctifier des démarches anciennes sans les avoir passées à la moulinette d'évaluation des résultats auxquels elles ont conduit ou conduisent ; ne pas se lancer dans de nouvelles pistes sans avoir d'abord bien inspecté et balisé le terrain devant soi.
En assumant par avance toute la marge d'erreur qu'elles impliquent pour essayer de garder ouvertes les issues de secours.
Auto-mise en garde pour pouvoir repartir avec un minimum de confiance.

Un peu grandiloquent pour un acteur sans accès véritable à la scène, si ce n'est dans sa propre chambre à coucher, devant le miroir de la grande armoire. Mais on peut se rêver tout à fait vivant quelle que soit la taille réelle visible -voire invisible- depuis l'extérieur !

Alors, par quoi commencer ?
L'affaire syrienne continue de dégouliner du sang ; la Russie s'éloigne toujours de l'image où « l'Occident » voudrait la voir se caler sans pour autant trouver autre chose que le saut dans le vide Poutinien ; la folie terroriste continue de déformer l'Islam sans qu'une force interne pacifique, humaine, nécessairement interne, vienne lui donner la formule pour sortir de la violence aveugle, stupide, qui gangrène d'abord ses propres peuples ; l'Afrique se débat dans une situation que les milliers de migrants du désespoir illustrent de la manière la plus cruelle qu'il soit, en se noyant dans l'aujourd'hui mal nommé Mare-Nostrum ou en restant accrochés aux fils barbelés de l'enclave espagnole de Melilla.

Et pendant ce temps, nous, les Européens, nous continuons à patauger dans la grisaille d'une crise économique et sociale, bien sûr, mais aussi politique et statutaire qui ne nous apporte pas la moindre idée claire sur notre propre futur et notre propre statut.

De quoi hésiter avant de se mettre à poser son petit grain de sel même par la petite fenêtre d'un blog. Mais, je me dis encore une fois : se taire, qu'elle complicité !

Alors, ces Apostilles ne prétendent que d'être une voix de plus parmi tous ceux qui veulent plus de justice et plus d'humanité, heureusement nombreux, même s'ils ne le sont pas assez pour dévier le cours du fleuve, avec l'espoir que peu à peu, si nous n'avons pas peur de crier notre mécontentement malgré notre faiblesse, des petites avancées auront lieu dans cette justice et cette humanité si nécessaires pour vivre ensemble dans un monde plus solidaire et plus avenant pour tous.

 

© Jorge Guanchygodo

 

 

 

20/05/2014

Absence

 

 

congé sabbatique.jpg

 

Congé sabbatique. Retour fin octobre

 

07/05/2014

07/05 Espagne, Amérique Latine

07052014 home31.jpg

-Espagne : électricité « communautaire »

L'Espagne veut être à la pointe de la production « communautaire » d'électricité grâce à l'action de petits groupes de citoyens.

<<<

07052014 Viaje-a-Marte.jpg

-Espagne. Marre d'être ici, allons sur Mars !

Bon, l'affaire, si elle se fait cette fois, serait pour 2025. Ce n'est pas ça qui va changer le panorama des chômeurs actuels.

<<<

07052014 chinos 1271920923_0.jpg

- Amérique Latine. Changer des Yankees pour des Chinois ? Euhhhh...

La presse économique de la-bas parle des plus gros investissements chinois en Amérique Latine, dans un cadre de présence de plus en plus forte.

Lire la suite de l'article en cliquant ici

© Jorge

 

7/5 Anti Habeas Corpus

 

07052014 justicia_ok.jpg

Ces jours-ci,un « gros débat » a lieu dans notre parlement, autour d'un amendement présenté par un député Vert, pour savoir comment ajuster notre législation de droits de la personne aux contraintes de la Cour Européenne de Justice.

C'est un débat majeur, puisqu'il tente de trancher le point d'équilibre entre le regard des policiers sur un individu soupçonné de quelque chose et le fait que cet individu a, en tout état de causse des droits que le regard policier ne peut ignorer ou « suspendre ». Lire la suite de l'article en cliquant ici

© Jorge